3D Patrimoine

Les compétences du géomètre expert, associées à la maîtrise des outils de numérisation et de traitement 3D font de GEODIS un interlocuteur privilégié pour la gestion de problématiques patrimoniales.

Répondant initialement aux besoins de relevés topographiques de monuments patrimoniaux, GEODIS a développé des procédures mettant à profit les plus récentes technologies de numérisation 3D. A partir des modèles obtenus et en s’adjoignant les compétences réunies au sein de différents départements de la structure, la société a développé des méthodes novatrices d’interprétation et de restitution.

Cette expertise a pu s’exprimer sur des sites aussi prestigieux que le Château de Versailles.

 

LA TOPOGRAPHIE 3D ET INDUSTRIELLE AU SERVICE DU PATRIMOINE

 

Les techniques du topographe sont aujourd’hui un apport indéniable pour les opérations de documentation patrimoniale, les études de monuments historiques.

L’application de la photogrammétrie et de la numérisation au laserscanner pour la modélisation 3D patrimoniale permet d’atteindre un niveau de documentation et de précision scientifique plus poussé qu’alors.

Accompagnant le travail des Architectes et des responsables de sites, ces techniques documentent l’objet d’étude patrimonial depuis le travail de terrain jusqu’aux documents d’interprétation, et même jusqu’à sa valorisation auprès du grand public et des musées.

Réalisé dans des laps de temps très court et avec une mise en place technique très simple, tout repose sur les mesures exactes prises par les topographes sur le terrain et sur le traitement en haute définition de ces données par un spécialiste numérique à bureau.

 

LA NUMÉRISATION 3D : POUR QUI? POUR QUOI?

 

La topographie 3D au laserscan du patrimoine permet d’obtenir :

 

- une copie numérique parfaite, exacte et exhaustive par modèle 3D, maquette infographique, orthophoto... :

Sur un site historique, l’utilisation de la photogrammétrie et de l’orthophotographie permet d’avoir rapidement une vision réaliste et globale du site

 

- de travailler à posteriori sur des supports d’étude toujours plus précis : coupes, sections, calculs de volume, microtopographie, courbes de niveaux, observations ultra-précises, numérisation et restitution des différents éléments architecturaux.

 

- des supports de valorisation et de mise en valeur :

Des restitutions des sites en image de synthèse ou maquettes sont proposées à des fins de médiation culturelle et de présentation au public, présentation 3D en muséographie, images pour rapports, bornes numériques, etc.

 

- une plus grande rapidité d’exécution et de précision lors des relevés :

cela représente un gain de temps et de précision considérable par rapport aux relevés classiques par exemple pour des façades ou des charpentes.